Les troubles de la voix


La voix est une fonction qui suppose une synergie harmonieuse organisée en trois niveaux :

  • La soufflerie : c’est à dire l’air expiratoire produit par les poumons
  • Le vibrateur : le larynx, qui fournit le son fondamental
  • Les résonateurs : la bouche, le pharynx, le nez et les lèvres, qui permettent de moduler la voix

Les troubles de la voix sont relativement fréquents chez les patients porteurs de fente postérieure, on parle alors d’incompétence vélo-pharyngée.
Celle-ci se définit comme un défaut d’adaptation, d’origine anatomique ou fonctionnelle, entre le voile du palais et le pharynx lors de la parole.



Ses origines sont diverses :

  • fente postérieure
  • division sous-muqueuse
  • brièveté vélaire
  • disproportion vélo-pharyngée
  • cicatrices après chirurgie

Ainsi l’incompétence vélo-pharyngée se traduit essentiellement par des troubles de la voix réversibles décrits ci-dessous.

Le nasonnement



A l’écoute cela donne l’impression de « parler du nez » ou d’être enrhumé.
Cette particularité vocale se produit quand la partie mobile du palais n’est pas fonctionnelle. Elle est relativement fréquente chez les patients ayant une fente postérieure.

L’air passe aussi par le nez au lieu d’être évacué uniquement par la bouche, c’est ce qui donne cet aspect nasonné.

(En français la plupart des sons sont exclusivement oraux, c’est à dire que pour les produire l’air ne passe que par la bouche).


Le coup de glotte



Il s’agit d’une détente brusque du larynx avec une échappée d’air, qui remplace une ou plusieurs consonnes. Ce mécanisme peut donc empêcher l’enfant de bien se faire  comprendre.

Dans le cas des séquelles de fente postérieure, les coups de glotte peuvent être un moyen de compenser. En effet, le sujet essaye de corriger le son de sa voix et met trop d’énergie au niveau des cordes vocales. Cela peut les endommager et provoquer une voix rauque, erraillée.
Les efforts vocaux peuvent être visibles sur la posture du sujet, qui relève le menton et a le cou très tendu.


Le souffle rauque


Le sujet remplace le flux d’air buccal par un souffle qui vient de la gorge.

En effet, dans les cas d’incompétence vélo-pharyngée, l’air passe entre les cordes vocales pour compenser ailleurs que dans la bouche. Les sons soufflés (par exemple F, V) sont très difficiles à produire.


Le ronflement nasal




Le ronflement nasal est un bruit inhabituel produit lors de la parole, très audible, provenant du fond de la bouche. Lorsque le patient parle, il se produit une vibration de la muqueuse pharyngée responsable d’un bruit surajouté.


Le souffle nasal



Classée généralement comme un trouble articulatoire, cette particularité vocale consiste en l’émission d’air par le nez pendant l’articulation de certains sons.

Ce mécanisme s’accompagne généralement de mouvements du nez pendant l’articulation de ces sons, ces mouvements sont appelés syncinésies.


Ces troubles ne sont pas irréversibles, mais certains peuvent empêcher l’enfant d’être bien compris, ce qui peut le rendre « économe » sur le plan de la communication.
S’ils sont gênants au quotidien, n’hésitez pas à contacter votre centre de compétence. En effet, une prise en charge chirurgicale et/ou orthophonique peuvent aider à améliorer la qualité de la voix.