La langue et les dysfonctions  

 

 

La langue est formée par l’association de 17 muscles différents. Cet organe sensoriel a besoin de repères pour se positionner correctement dans son environnement anatomique. La forme de la cavité buccale est modifiée chez le porteur de fente ou de division palatine.

 

Conséquences fonctionnelles

La ventilation, la déglutition, la succion puis la phonation sont perturbées. Bien souvent, la langue reste en position basse. Elle s’interpose entre les arcades lors de la déglutition. La phonation, et l’apprentissage de la parole sont également perturbés.

 

Conséquences squelettiques

La langue, restant en position basse, tend à favoriser le développement de la mandibule (mâchoire inférieure) mais ne stimule assez peu la croissance du maxillaire (mâchoire supérieure). Par contre, le maxillaire qui est divisé par la fente alvéolo-palatine subit les pressions centripètes des muscles péri-buccaux. Cela contribue à réduire la dimension du maxillaire.

 

Conséquences dentaires et alvéolaires

Le développement réduit du maxillaire restreint la place pour les dents. De plus, lors d’une fente labiale, il y a une rupture dans la forme elliptique de l’arcade. Sous la pression musculaire centripète des muscles des lèvres et des joues, la plus petite partie de l’arcade vient s’encastrer à l’intérieur de la plus grande partie. Cette atrésie du maxillaire complique un peu plus les rapports entre les dents maxillaires et mandibulaires. En effet, bien souvent, l’articulé entre les dents maxillaires et les dents mandibulaires se trouvent en position inversée. Ainsi, les dents mandibulaires peuvent se trouver en avant des dents maxillaires que ce soit au niveau antérieur ou latéralement.

 

Prise en charge

Il faudra donc envisager tout d’abord une correction des anomalies induites par un mauvais fonctionnement de la langue qui ne ferait qu’aggraver les évolutions squelettiques, alvéolaires et dentaires. On parlerait alors de spirale dysmorpho-fonctionnelle. Les problèmes fonctionnels seront donc pris en charge le plus tôt possible par des orthophonistes. Par ailleurs, l’orthodontiste tentera de rétablir les rapports inter-maxillaires à l’aide d’appareillages mobiles ou d’appareillages fixés. En permettant des rapports normalisés dentaires, alvéolaires et osseux, cela favorisera un bon rétablissement et un bon déroulement des fonctions oro-faciales

 

 

 

 

 

 

 

dernière modification 17 Avril 2012